Select Page

Biographie

Saluée par la presse comme une artiste « Rayonnante », « délicieuse », « d’une sincérité irrésistible » ( Resmusica ), « admirable comédienne », « à la voix décidément magnifique » ( Forum Opera ), la soprano Bénédicte Tauran s’est illustrée dans un répertoire très éclectique, guidée par une musicalité sans faille.

Bénédicte Tauran, originaire de Limoges, étudie dans un premier temps la flûte à bec, le clavecin et le chant au Conservatoire de sa ville avant de partir en Suisse poursuivre sa formation à la Schola Cantorum de Bâle ainsi qu’au Conservatoire de Neuchâtel.

Elle est lauréate de prestigieuses fondations ( Ernst-Göhner Stiftung et Colette Mosetti ) et prix internationaux : prix Mozart de Genève, prix du concours Mozart à Salzbourg et premier prix du concours Marcello Viotti 2008 à Lausanne.

Elle fait ses débuts sur scène à Prague dans le rôle de Phébé ( Castor et Pollux ). Peu après la fin de ses études, Bénédicte Tauran est rapidement invitée par l’Opéra de Fribourg ( en Suisse ) pour interpréter Norina ( Don Pasquale ). Suivront de très nombreux engagements parmi lesquels: Armida ( Rinaldo ) Clairette ( La Fille de Madame Angot ) et Susanna ( Nozze di Figaro ) à l’Opéra de Lausanne, la Reine Elisabeth dans la création de Richard III de Battistelli à l’Opéra de Genève ( Ms Robert Carsen ), Léna ( La Princesse Jaune ) de Saint-Saens et Zerlina ( Don Giovanni ) à l’Opéra de Rennes, Amour ( Orphée et Eurydice ) , Tisbe ( Piramo e Tisbe ) de Hasse au Festival de Potsdam et Albina ( La Donna del Lago ) au Theater an der Wien ( Leo Hussain / Christof Loy ).

Parmi les temps forts des saisons précédentes, on peut citer le rôle-titre de Ciboulette de Messager à l’Opéra de St Etienne, Jacqueline ( Fortunio ) à l’Opéra de Rennes, Mira dans la création mondiale de La Lettre des Sables à l’Opéra National de Bordeaux, Gilda ( Rigoletto ) , Konstanze ( Entführung aux dem Serail ) , Gretel ( Hänsel und Gretel ), Juliette ( Roméo et Juliette ) , Rosina ( Barbier de Séville ), Gilda ( Rigoletto ) , soprano 2 ( Un Re in Ascolto ) de Berio, Pamina ( Die Zauberflöte ) et Cinna ( Lucio Silla ) au Staatstheater de Kassel.

Elle a participé à la production de Laurent Pelly ( Béatrice et Bénédict ) incarnant Héro au Festival de Glyndebourne 2015.

Invitée régulière du Théâtre Royal de Versailles, on a pu l’apprécier dans Alceste de Lully avec Christophe Rousset et les Talens Lyriques ainsi que dans la production du King Arthur de Purcell mis en scène par Gilles et Corinne Benizio alias Shirley et Dino, avec Hervé Niquet à la baguette.

Lors de la saison 2019/2020, Bénédicte continue sa collaboration fructueuse avec Christophe Rousset et les Talens Lyriques dans Isis de Lully, troisième enregistrement des opéras de Lully avec le chef français, au festival de Beaune puis en tournée à Paris ( Théâtre des Champs-Elysées ), Versailles et Wien. Elle a incarné au Festival d’Utrecht le rôle de Serpina ( La Serva padrona ) avec Stefan MacLeod à la baguette.

L’année 2020, Bénédicte Tauran participe à plusieurs concerts en Suisse: « Vêpres solennelles d’un confesseur » de Mozart et « Missa in C-Dur » de Beethoven, un projet théâtre sur Ferdinand Hodler suivi d’une tournée dans les théâtres de Suisse romande et le récital « Les Amazones ».

Bénédicte Tauran s’illustre aussi bien dans le domaine du concert avec un impressionnant répertoire acquis au fil du temps dont la messe en ut mineur de Mozart avec Laurence Equilbey, les Vier lezte lieder de R.Strauss à la Tonhalle de Zürich, la Symphonie n° 9 de Beethoven avec Neeme Jaarvi à Genève.

Depuis quelques années, la soprano se consacre avec un égal bonheur au récital. Elle a notamment conçu un programme autour des femmes compositrices en France au XIXe siècle appelé « Les Amazones » qu’elle a donné notamment à l’espace des Femmes à Paris, à Genève au Salons et au Théâtre de l’Alhambra.

La création contemporaine a toujours fait partie de ses préoccupations artistiques. Plusieurs enregistrements en témoignent: « Requiem » de Christian Favre sous la direction de Facundo Agudin, Andreas Pflüger « Jedes Kunstwerk ist Apokalyptisch » et « Stoff » de S.Caflisch ainsi que des extraits de Wozzek de Berg avec le Musik Kollegium de Winterthur.

Elle a collaboré avec les chefs Nello Santi, Alberto Zedda, Bertrand de Billy, Paolo Arrivabeni, Stefan Soltesz, Zoltan Pesko, Christophe Rousset, Hervé Niquet, Diego Fasolis, Michel Corboz, Christophe Coin, Anthony Hermus, Michael Hoffstetter, Leo Hussain, Marek Janowski, Nicolas Chalvin, Guy van Waas, John Duxbury, Facundo Agudin, et les metteurs en scène tels que Robert Carsen, Achim Freyer, Gian Carlo del Monaco, Christof Loy, Michel Fau, Daniel Mesguich, Damiano Micchieletto.

Bénédicte Tauran a participé à de nombreux enregistrements et captations audiovisuelles dont notamment Zerlina à l’opéra de Rennes pour Mezzo et Clairette dans la fille de Madame Angot à l’opéra de Lausanne pour TV5/F2/Tsr2.

Portraits